• home
  • À la Une
  • 100 collégiens marseillais pour un « Tour de France républicain »

100 collégiens marseillais pour un « Tour de France républicain »

tour_fce_repu

La Ligue de l’enseignement des Bouches-du-Rhône organise chaque été un parcours citoyen permettant à des collégiens de découvrir des institutions françaises et européennes et des lieux culturels emblématiques. L’édition 2018 s’est déroulée du 12 au 18 juillet, avec comme points d’orgue une invitation à l’Élysée et à la cérémonie du 14 Juillet.

Pour la 5ème année consécutive, la Ligue de l’enseignement des Bouches-du-Rhône a permis à une centaine de collégiens de participer au « Tour de France républicain », un projet d’éducation à la citoyenneté. Vingt établissements situés dans des quartiers prioritaires ont sélectionné chacun cinq élèves de 3ème « méritants ». Il s’agit moins de récompenser les élèves ayant obtenu de bons résultats scolaires que ceux investis dans la vie de leur établissement ou de leur quartier : délégués d’élèves, membres d’associations… À l’image de Fares, élève au collège Massenet, qui faisait partie de la « promotion » 2018. « C’est mon assistante sociale puis ma prof principale qui m’ont parlé du Tour, ainsi qu’une de mes amies qui y avait déjà participé. Je me disais que ce serait une chance d’y être. Au collège, avec d’autres élèves et des profs de sport, on organise chaque année des événements et des tournois (cross, handball…) ou des rencontres entre classes de CM2 et de 6ème. »
Délégué-élève depuis 3 ans et représentant du Conseil de la vie collégienne, Nasro était aussi du voyage : « Quand on m’a proposé de faire le Tour, je n’ai pas hésité. C’est une opportunité énorme. Il y a 2 ans, j’avais participé à un autre projet de la Ligue des Bouches-du-Rhône, « Ma ville est citoyenne », où j’avais rencontré beaucoup de personnes et appris énormément sur ce qu’on peut faire à Marseille pour agir pour sa ville. »

L’objectif de ce parcours citoyen, encadré par des animateurs de la Ligue des Bouches-du-Rhône, est de faire découvrir aux jeunes les institutions françaises et européennes : Élysée, Assemblée nationale et Conseil constitutionnel à Paris, Parlement européen à Bruxelles, Conseil de l’Europe à Strasbourg… « Ce sont des moments très protocolaires mais les jeunes ont toujours été bien accueillis. Et comme il n’y a ni journalistes, ni responsables politiques, les discussions sont très ouvertes », explique Gregory Brandizi, responsable du secteur éducation et citoyenneté de la Ligue des Bouches-du-Rhône.

Le « Tour » comptait également comme étape le Conseil municipal des jeunes de Strasbourg. Les collégiens marseillais y ont rencontré des adolescents, âgés de 11 à 15 ans, élus par leurs camarades de classes et agissant concrètement pour leur ville au travers de projets sportifs et culturels.

Musées et médias pour se forger un esprit critique
Au programme également, la visite d’une rédaction et un échange avec des journalistes. Car la citoyenneté c’est aussi l’accès à l’information et la capacité pour ces jeunes à se forger un esprit critique. Cette année, ils ont rencontré plusieurs journalistes de l’AFP (Agence France presse) et du Monde. Ces derniers ont joué le jeu des questions réponses sur des sujets aussi divers que les fake news, le lobbying, la guerre en Syrie… et ont expliqué leur métier sans détours. « C’est génial, je n’ai jamais vu un groupe poser autant de questions » a commenté l’une des journalistes. Gregory Brandizi, lui, se souvient de la précédente visite au Monde : « Le dessinateur Plantu était venu expliquer sa vision de la caricature dans la presse, ce qui avait occasionné des échanges très forts. De façon générale, cette semaine provoque chez les jeunes beaucoup de réflexions et d’interrogations. »

La découverte de lieux culturels est un autre aspect de ce « Tour de France ». Cette année, les jeunes marseillais ont eu le choix entre plusieurs expositions :
– les « Mondes tziganes » au Musée de l’Histoire et de l’immigration,
– Eugène Lacroix au Musée du Louvres,
– et le Musée du Quai Branly dédié aux arts et civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques.

« Le début de quelque chose »
Ces visites ont été déterminantes voir même un déclencheur pour certains comme Tasmalynn, l’année dernière : « Pendant le séjour, on m’avait parlé du dispositif des Juniors associations (1). J’ai voulu en créer une dédiée à l’éducation des jeunes et à la lutte contre la délinquance. J’avais déjà cette idée avant le Tour de France, mais avec cette expérience, je me suis rendue compte que je pouvais concrétiser mes projets. »

Mehdi, quant à lui, participant de l’édition 2015, s’est investi au sein du Parlement européen des jeunes : « Je ne pouvais pas finir cette expérience du Tour de France et ne rien faire après. Sans ce séjour je ne serai jamais entré dans la vie associative. Ça a vraiment été le début de quelque chose. »

Enfin, ce « Tour de France » est l’occasion pour ces jeunes de vivre une expérience collective, en dehors de leur quartier ou de leur ville, que beaucoup quittent pour la première fois.

 

(1) Association créée par des mineurs grâce au dispositif de la Ligue de l’enseignement : les Juniors associations.

www.laligue13.fr