« À l’Ufolep, on ne cherche pas la victoire à tout prix ! »

ufo-street_adel

Jusqu’en juillet prochain, l’Ufolep (secteur sport affinitaire de la Ligue) organise l’UFO-STREET, un événement dédié aux cultures urbaines qui se décline en plusieurs étapes. Les jeunes de 12 à 17 ans y disputent des tournois de street football dans une ambiance animée par des DJ et des graffeurs. Adel Belkahir a participé au tournoi de Bar-le-Duc, en avril dernier. Il nous décrit sa vision et sa pratique du ballon rond.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je suis en 1ere STMG (sciences techniques, management et gestion) et je prépare le baccalauréat. J’occupe également les postes d’attaquant et de numéro 9 au football. Mes idoles sont Neymar et Mahrez. Lors de cette première étape d’UFO-STREET, j’ai officié en tant qu’arbitre. J’ai en effet souhaité m’investir pour aider les organisateurs. Je connais bien le concept car j’ai participé à la première édition à Bourges en 2017. On alterne tournois de street football à 5 et découverte des activités sportives inspirées des cultures urbaines. Je fais partie de l’équipe du centre social de la côte Sainte Catherine à Bar-le-Duc affilié à l’Ufolep.

Que représente pour toi le sport ?
Je pratique le foot et la boxe. Le foot a ma préférence depuis que j’ai 6 ans. J’aime sa technicité et le jeu collectif. Je m’entraîne six heures par semaine à l’Entente du Centre d’Ornain (club de la fédération française de foot) car j’ai été repéré par le football club de Metz. Étant surclassé, je joue avec les séniors. L’approche y est professionnelle et stimulante. Il faut assurer sa place pour les matchs. Je suis donc assidu à l’entraînement et j’essaie de concilier ma pratique compétitive avec les exigences scolaires.

Comment perçois-tu ta pratique au sein de l’équipe du centre social et celle en club ?
Je complète ma pratique sportive avec l’Ufolep et sa structure associée : le centre social de la Côte Sainte Catherine. J’y retrouve mes copains de quartier : Bilal, Marwan et Omar. Là on cherche le plaisir, la détente. Nous sommes moins encadrés et on ne cherche pas la victoire à tout prix. Nous participons par le biais du Comité départemental Ufolep de la Meuse à d’autres manifestations ou activités sportives tout au long de la saison.

Que penses-tu de l’UFO-STREET ?
L’UFO-STREET est une belle manifestation. Nous avons pu nous exercer durant tout le week-end au drible, au tir au but et à des petits matchs sur terrain de panna (1). L’ambiance est sympa et décontractée. Kadour Ziani, nous a présenté son parcours et ses réussites à travers la projection de son documentaire (2) samedi soir. Une prise de conscience pour certains d’entre nous issus des mêmes quartiers de la cité de Saint-Dizier. Kadour Ziani est un modèle, lui qui est devenu l’un des plus grands dunkers du monde dans les années 90. Agent de joueur, il a fait le tour du monde avec sa troupe Slam Nation pour un show spectaculaire. Avec son 1m 71, Il nous fait tous « kiffer », il passe au-dessus des gens et touche la planche de basket avec son pied. Il a révolutionné le dunk. Même aux USA, les gars savent qui il est !

(1) Terrain qui se monte et se démonte et doté d’une structure métallique et d’un filet de sécurité qui encadre le terrain.
(2) « Dunker pour ne pas mourir », documentaire consacré au parcours de Kadour Ziani, légende du basket et leader de la Slam Nation.