« Acteurs juniors » amène le théâtre en milieu rural

acteurs_juniors

Du 7 mai au 8 juin dernier, le village corrézien de Davignac, 300 habitants, accueillait le festival « Acteurs juniors » : des rencontres théâtrales pour jeune public. Une initiative que l’on doit à la Ligue de l’enseignement de Corrèze et à ses partenaires – dont le Foyer rural de Davignac – qui, depuis 30 ans, font vivre la culture dans les campagnes.

Au programme : dix-sept représentations de théâtre ouvertes aux scolaires et au grand public, et des ateliers de pratique artistique pour les jeunes, animés par des artistes professionnels. L’objectif : leur faire découvrir différentes esthétiques – marionnettes, théâtre de rue, danse contemporaine… – et leur permettre de présenter leur création dans des conditions techniques professionnelles.

Une autre forme de langage
Cette année, une quarantaine de classes ont participé au festival et bénéficié de près de 150 heures d’interventions d’artistes : marionnettistes, vidéastes, danseurs, musiciens…

« Pour beaucoup c’est la première rencontre avec la scène et les différentes disciplines artistiques comme le théâtre, la danse ou encore le chant », précise Luna Ducoffe de la Ligue de l’enseignement de Corrèze, en charge du festival. « Notre volonté est d’ouvrir les jeunes à une autre dimension de langage, de leur donner de nouvelles clés d’expression. » Pour Christine Julien, actrice et marionnettiste de la compagnie parisienne Théâtre « T » : « Il n’y a pas d’âge pour rentrer dans la poésie et apprécier tout ce qui est artistique. Plus on habitue les enfants à voir du spectacle vivant, plus ils sont critiques. Je pense que c’est important dans notre société de leur offrir cette possibilité-là. »

« Acteurs juniors », qui fête ses 30 ans cette année, est un projet qui ne pourrait exister sans la mobilisation de ses différents acteurs : des artistes, des associations, les acteurs culturels du département, et des enseignants impliqués. Véronique C., institutrice, est habituée à mener des projets artistiques avec ses élèves. « Acteurs juniors » est selon elle « un apport culturel déterminant pour les enfants, indispensable même. (…) C’est une grande chance de pouvoir contribuer à leur éducation grâce à ce genre de projet. Cela représente une autre façon d’apprendre. (…) Ils apprivoisent les notions de partage et de vivre ensemble. Ça les oblige à s’écouter, à se regarder, à s’entendre. » (1)

L’éducation artistique comme priorité
Outre « Acteurs juniors », la Ligue de l’enseignement de Corrèze mène des projets d’éducation artistique tout au long de l’année scolaire. Elle accompagne ainsi les projets des écoles en partenariat avec la Drac (Direction régionales des affaires culturelles) ou la DSDEN (Direction des services départementaux de l’Éducation nationale). Près de 70 classes, soit plus de 1500 enfants, sont concernés par cet accompagnement chaque année. Elle propose aussi aux enseignants des formations, autour de la danse contemporaine notamment, et des malles pédagogiques créées avec Canopé (2). Elle a également conduit pendant plusieurs années une action spécifique autour du spectacle vivant, dans tout le département, aux côtés du théâtre des sept collines – scène conventionnée.

Et Hélène Lacassagne, secrétaire générale de la Ligue de l’enseignement de Corrèze, de conclure : « Telle que nous la concevons, telle que nous la mettons en œuvre, l’éducation artistique et culturelle  est exigeante et émancipatrice. C’est là notre engagement. »

(1) Propos tirés d’un article publié dans le journal La Montagne.
(2) Réseau de création et d’accompagnement pédagogique de l’Éducation nationale.

Voir le reportage de France 3 Pays de Corrèze, du 01/06/2018, consacré au festival.