• home
  • À la Une
  • De l’intérêt d’organiser des échanges internationaux entre jeunes

De l’intérêt d’organiser des échanges internationaux entre jeunes

echanges_jeunes

Chaque année, les fédérations départementales de la Ligue de l’enseignement organisent des échanges (européens ou internationaux) entre jeunes. Enrichissants pour ces derniers, ces projets se révèlent aussi bénéfiques pour les organisateurs pour le maillage territorial et la dynamique partenariale qu’ils offrent.

 

Depuis de nombreuses années, les projets de mobilité et d’échanges de jeunes sont encouragés par différents dispositifs, comme l’OFAJ, Erasmus+ ou encore Ville, Vie, Vacances/Solidarité Internationale (JSI-VVVSI). Ils permettent aux intéressés de se rencontrer, d’apprendre à vivre et travailler ensemble, de s’ouvrir sur d’autres cultures… Pour les fédérations départementales de la Ligue, organiser ces échanges demande du temps et de répondre aux critères de qualité des programmes de financement, mais contribue à les inscrire au cœur de nombreux partenariats.

Travailler avec des acteurs locaux, un facteur de réussite
Chaque année, la Ligue de l’enseignement de l’Indre organise au moins un échange de jeunes. Le dernier, en août : un projet tri-national autour des arts du cirque. Pendant deux semaines, des jeunes arméniens, slovaques et français se sont rencontrés sous un chapiteau, entre deux ateliers de théâtre et de clowns. « Le département compte un important réseau circassien. Et nous avons choisi de travailler avec le Caboulot tracté, une compagnie locale » explique Judith Cartier, chargée de mission mobilité à la Ligue 36. « Le cirque est un bon outil pour rencontrer l’autre, c’est une discipline collective que l’on peut construire ensemble même si on ne parle pas la même langue. » Après plusieurs jours d’ateliers, la trentaine de jeunes a participé à la représentation finale, devant près de 200 personnes. « À chaque fois que nous organisons un échange de jeunes, nous travaillons avec des acteurs locaux, c’est ce qui en fait la réussite » précise Judith Chartier. « Ces projets nous permettent de nous inscrire dans le territoire, d’autant plus sur un territoire rural parfois difficile à mailler. La fédération bénéficie de l’effet levier de ces projets européens. »

Des échanges encouragés par les collectivités territoriales
Aux côtés des associations locales, les collectivités territoriales sont également d’importants partenaires dans le cadre de ces échanges. « L’année dernière, nous avons débuté un échange entre des jeunes palestiniens, israéliens et français, en partenariat avec le Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle » explique Florine Van Meerveld, chargée de mission « Action internationale » à la Ligue 54. « Le projet s’inscrit dans la politique de coopération décentralisée du département, avec la volonté de développer des liens entre Israël, la Palestine et la France. L’objectif est de contribuer à recréer un dialogue, en passant par les jeunes générations. » En 2016, une dizaine de jeunes palestiniens originaires de Yabbad en Cisjordanie sont venus découvrir la région et partager le quotidien de jeunes français âgés de 18 à 30 ans. « Pour ce deuxième échange, nous avons monté un partenariat avec une ONG israélienne qui, depuis 30 ans, met en relation des Israéliens et de Palestiniens pour avoir la vision des deux parties » poursuit Florine Van Meerveld. Du 25 septembre au 8 octobre dernier, cet échange a eu lieu à la Cité des paysages sur la colline de Sion, un centre appartenant au Conseil départemental. « Le programme comprenait la visite de plusieurs associations locales, afin de parler de la culture juive et de la cause palestinienne. Une activité collective autour du maraîchage était aussi organisée pour montrer l’importance du ”faire ensemble” » précise la chargée de mission.

Mettre en place des actions pérennes
De son côté, à la Ligue des Côtes d’Armor, Morgane Creismas a monté un projet d’échange européen, en partenariat avec la communauté de communes de Guingamp. « Le territoire voulait organiser un échange de jeunes européens musiciens » détaille la déléguée « Europe/international ». « Le maire de Grâces, près de Guingamp, était très impliqué dans ce projet et a fait appel à nous. » Des jeunes allemands, tchèques et français se sont ainsi retrouvés, cet été, autour de la thématique des migrations, et plus précisément des femmes en situation de migration. « C’est un dossier que nous traitons, au sein de la Ligue, avec nos associations affiliées » explique Morgane Creismas. « Ce projet nous a permis de poursuivre ce travail avec les territoires. Nous avons obtenu un financement de GP3A – la communauté de communes –, et avons signé une convention. L’agglomération est d’ailleurs très intéressée pour continuer à travailler avec nous sur ces thématiques, notamment celles de l’Europe. »

Sortir les jeunes de leur environnement
La récurrence de ce type d’actions permet également aux porteurs de projets, fédérations ou associations partenaires, d’assurer le suivi des jeunes. « La ligue de l’enseignement des Bouches-du-Rhône gère six centres sociaux dans les quartiers prioritaires de Marseille » indique Chloé Bernard, référente « Actions solidarité internationale/Europe ». « Les jeunes qui participent à nos échanges viennent majoritairement de ces structures, ce qui permet de faire des suivis avec les animateurs des centres. Par exemple, l’un d’entre eux me racontait à quel point cette expérience fut bénéfique pour un jeune parti cet été sur un projet en Tunisie. Alors qu’il était un peu chahuté au sein du groupe, il a pris une posture de leader en se chargeant de la communication du projet. Ces échanges sortent les jeunes de leur environnement habituel et les poussent à évoluer, c’est très enrichissant. » En 2018, la Ligue de des Bouches-du-Rhône a organisé au total 13 projets d’échanges, permettant à plus de 100 jeunes de 12 à 25 ans de participer à un projet de mobilité et de s’ouvrir à des thématiques aussi variées que l’égalité femme-homme, le développement durable ou encore l’animation sportive… Et à la fédération d’entériner de nouveaux partenariats locaux ou internationaux.