Nour et Abdel, réfugiés et Volont’R

« La solidarité n’a pas de frontières », c’est la devise choisie cette année pour la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin prochain. Cette journée vise à rendre hommage aux réfugiés, aux demandeurs d’asile, aux personnes déplacées et aux apatrides. Tout au long de la semaine, la Ligue de l’enseignement mettra en lumière des initiatives de solidarité portées par ses fédérations départementales en faveur de ces publics : aide à l’insertion professionnelle, accompagnement éducatif, actions culturelles… Aujourd’hui, plus que jamais, le réseau de la Ligue de l’enseignement est solidaire et apporte son soutien aux personnes réfugiées ou en quête de protection et d’assistance, particulièrement impactées par la crise socio-économique et sanitaire.

 

Depuis 2019, la Ligue de l’enseignement est engagée dans le programme Volont’R porté par la Délégation interministérielle à l’accueil et à l’intégration des réfugiés (Diair) et soutenu par l’Agence du service civique. Une quarantaine de jeunes a déjà pu bénéficier de ce programme en réalisant une mission auprès de fédérations départementales de la Ligue de l’enseignement (1). Parmi eux, Nour et Abdel. Retour sur leurs missions respectives.

Nour, syrienne, volontaire au sein de l’association « Parle avec elles »
Nour vient d’achever son volontariat en service civique réalisé auprès de la Ligue de l’enseignement de Haute-Garonne.
Jeune syrienne de 26 ans, elle obtient un diplôme en stylisme, dessin et couture en Syrie en 2015 avant de rejoindre sa famille au Liban. Son père étant en situation de handicape, elle rejoint la France avec sa famille en avril 2018 à travers le programme de réinstallation des réfugiés. Une mission locale la met alors en relation avec la Ligue de l’enseignement 31 et lui propose d’intégrer le programme Volont’R. Elle rejoint alors l’association de quartier « Parle avec elles » pour y réaliser sa mission de service civique. Elle y anime des ateliers informatiques et artistiques auprès des habitants, les aide dans leurs démarches administratives et met en place des sorties culturelles (carnaval de Limon par exemple).

Parmi les activités qu’elle a pu mettre en œuvre, elle se réjouit notamment d’avoir proposé de la cuisine syrienne, avec l’aide précieuse de sa maman, à l’occasion d’une manifestation : le marché des créateurs. Malgré quelques difficultés linguistiques au début, elle s’est rapidement approprié sa mission et déclare être très contente de son volontariat. Ce dernier lui a permis d’être moins timide et plus confiante dans sa maîtrise de la langue française, mais aussi de mieux comprendre et maîtriser les procédures administratives. Elle peut ainsi aider sa famille et ses amis dans ces démarches.

Déçue de n’avoir pas pu finir sa mission à cause de la crise sanitaire, Nour envisage déjà de poursuivre son bénévolat au sein de l’association. Et pour atteindre son rêve – devenir interprète –, Nour reprendra ses études, en septembre prochain, et intégrera une formation de Français langue étrangère (FLE).

 

Abdel, soudanais, volontaire au sein de l’association Weeefund
Comme Nour, Abdel vient de terminer sa mission avec la Ligue de l’enseignement du Rhône. Jeune soudanais, arrive en France, dans la région Centre, en 2016, puis s’installe à Lyon en 2019. Alors qu’il suit une formation à la Fac pour améliorer son niveau de français, il est sollicité par la direction de l’université pour rejoindre le programme Volont’R. En parallèle de ses études, il choisit donc de réaliser une mission de 8 mois au sein de l’association Weeefund qui lutte contre la fracture numérique et le gaspillage électronique. Sa mission consiste à collecter des ordinateurs pour les reconditionner afin de les mettre à disposition des structures d’accompagnement et/ou scolaires. Il participe également à l’animation d’ateliers numériques auprès d’enfants. Abdel n’est pas peu fier d’avoir créé un document tutoriel accompagnant la prise en main d’un ordinateur reconditionné, et d’avoir participé, avec d’autres jeunes, à un atelier de montage de projets « passer du rêve au projet ».

Les compétences qu’il a acquises – informatique, réparation, reconditionnement, travail en équipe… – sont précieuses dans sa vie de tous les jours. Il peut notamment aider ses amis et voisins de la résidence où il habite. Plus largement, cette première expérience du volontariat en France, a permis à Abdel de découvrir comment fonctionne une association et également d’améliorer son niveau de français.

Lauréat de l’Institut de l’Engagement, il est accompagné dans la construction de son projet professionnel et reprendra ses études, en septembre, en rejoignant la faculté de médecine où il espère décrocher un diplôme de chirurgien.

 

Pour aller plus loin : la Ligue de l’enseignement a coordonné la production d’un guide pratique à destination des associations pour l’accueil de jeunes réfugiés en service civique. Le contenu a été construit à partir des retours des fédérations impliquées et complété par l’expertise de partenaires du service civique.

 

(1) Fédérations de Paris, des Hauts-de-Seine, de la Nièvre, de la Côte-d’Or, de Savoie, de Haute-Savoie, de Haute-Garonne, et du Rhône.