• home
  • Non classe
  • Après son service civique, Cyrielle poursuit son engagement en lançant une ressourcerie solidaire

Après son service civique, Cyrielle poursuit son engagement en lançant une ressourcerie solidaire

Cyrielle

En parallèle de ses études d’architecture, Cyrielle a effectué une mission de service civique au sein de l’association Bagneux Environnement, affiliée à la Ligue de l’enseignement des Hauts-de-Seine. Aujourd’hui, elle se lance dans un projet de ressourcerie créative au sein de cette même association, en tant que bénévole cette fois. Cyrielle (en rouge sur la photo) nous raconte son parcours d’engagement.

 

Comment a débuté votre engagement ?
Cyrielle  : Tout a commencé par un service civique, effectué au sein de l’association Bagneux Environnement. Créée en 2010 et affilée à la Ligue de l’enseignement 92, elle a pour objectifs de sensibiliser à la protection de l’environnement, de développer des projets concrets de résilience locale et de redécouvrir et transmettre des savoir-faire anciens et nouveaux liés à la nature.

Quelle était votre mission ?
J’ai [notamment] suivi le projet d’Agrocité à Bagneux qui est une micro-ferme urbaine expérimentale avec des jardins partagés, des espaces pédagogiques et une série de dispositifs énergétiques expérimentaux. Je préparais aussi des ateliers, comme par exemple celui de produits ménagers naturels, organisés pour le personnel de la mairie de Vitry, les vendredis midis.

Avez-vous poursuivi votre engagement à l’issue de votre mission de service civique ?
Je continue de proposer de nouveaux projets en tant que membre de l’association. Lors du budget participatif 2018 de la ville de Bagneux, j’y ai déposé l’idée de “Partageries”, inspirée du mouvement Give box. Ce projet a pour but d’installer des Partageries dans plusieurs lieux publics sur la ville de Bagneux pour former un réseau de micro-lieux de partage. Une Partagerie est une structure abritée, accessible à tous, où les citoyens peuvent y déposer ou récupérer un objet librement et gratuitement.
Cet outil de libres échanges contribue à donner une seconde vie à des objets en bon état et propose aux citoyens de donner aux autres plutôt que de jeter. Le projet est arrivé lauréat au vote des balnéolais.e.s en juin 2018.
Actuellement, je développe, avec la mairie, le montage des ateliers participatifs pour la construction des différentes partageries.

Avez-vous d’autres projets ?
Je m’investis dans la création d’une ressourcerie créative et solidaire à Bagneux. Je souhaite quitter mon travail actuel pour m’y consacrer entièrement.

Ce projet a pour objectif de permettre aux gens de créer des choses, en mettant à leur disposition des matières premières brutes ou des objets de seconde main – considérés comme des déchets par certains mais comme des ressources pour d’autres -, ainsi que des outils et des savoir-faire anciens et nouveaux autour du bois.

Plus spécifiquement, il s’agit de collecter de petits objets, des déchets d’ameublement, des matières brutes…, de les valoriser soit en les réparant, soit en les transformant et/ou en les détournant de leur premier usage, pour enfin les vendre en boutique ou les proposer gratuitement sur les espaces de “Partageries”.

Des ateliers de sensibilisation et de création ont pour but de rendre le public autonome via la formation aux activités manuelles de réparation et de création, ateliers DIY (Do It Yourself), ateliers collectifs DIWO (Do It With Others).

Le futur lieu proposera un espace d’expo/vente, un espace bar/café, un espace équipé de machines et d’outils numériques et traditionnels en libre accès pour le public formé à leur utilisation, ainsi qu’un espace de stockage. Par la suite, j’envisage de proposer un service de design d’espace, c’est-à-dire la conception et la réalisation d’espaces intérieurs et extérieurs à partir des objets, mobiliers et matières récupérés.

Avec l’association Bagneux Environnement, j’ai pu réunir un groupe de travail de plusieurs habitant.e.s. autour du projet. Des visites de recycleries et ressourceries ont permis de dresser un état des lieux. La Ligue de l’enseignement 92 et le REFER (Réseau francilien des acteurs du réemploi) suivent la démarche.
Nous avons également mis en place un comité de pilotage avec la mairie de Bagneux. J’y ai présenté l’historique du projet, ses objectifs, proposé des locaux que la mairie pourrait mettre à disposition, et esquissé un modèle économique qui demande à être affiné par la suite. Le comité a validé l’implantation des locaux : un sera dédié à l’accueil du public (boutique, bar et ateliers), et l’autre au stockage.