• home
  • Public
  • Mineurs étrangers : insertion réussie grâce à l’école et à la vie associative

Mineurs étrangers : insertion réussie grâce à l’école et à la vie associative

samie_carcassonne

À Carcassonne, le Service d’accompagnement de mineurs isolés étrangers (Samie) accueille une cinquantaine de jeunes dans le cadre de la Protection de l’enfance et de la Convention internationale des droits de l’enfant. Scolarisés, ils participent également à la vie associative locale. En les mettant le plus possible au contact de structures externes, le Samie, rattaché à la Ligue de l’enseignement de l’Aude, réussit le pari de l’intégration par l’éducation.

Ils sont Maliens, Guinéens, Camerounais, Ivoiriens, Pakistanais, Indiens… Ils ont en commun d’être jeunes, migrants, et isolés. Ces mineurs non accompagnés (MNA) ont pour la plupart quitté leur pays car leur situation y était devenue invivable. Leur accueil sur le sol français relève de la responsabilité des collectivités, au titre de l’aide sociale à l’enfance (ASE) et leur nombre ne cesse de croître dans le département de l’Aude (+ 563 % entre 2015 et 2017 et + 68 % au premier trimestre 2018). Caroline Spoli, directrice du Samie de Carcassonne explique : « Le Conseil départemental accueille depuis près de 40 ans des jeunes mineurs non accompagnés, avec la spécificité de s’appuyer sur le tissu associatif en général, et sur la Ligue de l’enseignement en particulier. » Sur les 500 jeunes répartis dans le département, le Samie s’occupe de 46 adolescents de 13 à 18 ans. « Ils nous sont confiés jusqu’à leur majorité. Le Conseil départemental peut toutefois continuer, en fonction de leurs projets, à les accompagner jusqu’à leurs 21 ans, via l’ASE », précise Caroline Spoli.

Au sein du Samie, la directrice est entourée de 2 éducateurs spécialisés, 2 conseillères en économie sociale et familiale, 1 intervenante en santé et 5 veilleurs de nuit, répartis sur les différents sites de Carcassonne. Deux bénévoles interviennent également pour du soutien scolaire en français : une ancienne professeure de français et un surveillant en collège, résidant lui aussi dans un foyer de jeunes travailleurs de la ville. Les jeunes vivent 24h/24h sur place, dans des locaux allant du collectif à l’individuel : les plus jeunes ont leur chambre et partagent la cuisine et le salon. Les plus âgés vivent dans un studio. Tous les mois, ils reçoivent une somme d’argent pour faire leurs courses et apprennent ainsi à gérer un budget. Ceux qui ont un salaire avec leur apprentissage participent financièrement, afin d’apprendre la solidarité.

Professeurs et éducateurs aux côtés des jeunes
Arrivés en France parfois sans maîtriser la langue, ils sont très motivés. En fonction de leur niveau scolaire d’origine, de leur âge, et du test passé au Casnav (Centre académique pour la scolarisation des enfants allophones nouvellement arrivés), ils sont orientés dans un établissement public, ou bien, à défaut, sont accompagnés par le Samie pour intégrer le privé ou une formation en apprentissage. Une fois scolarisés, ils suivent, en plus des autres matières, des cours intensifs de français (parfois jusqu’à 12 heures par semaine).

C’est le cas de Mamadou, 17 ans, arrivé début 2015 du Mali. Après deux années de collège, il obtient le Brevet avec mention très bien. Il est aujourd’hui en seconde, filière Bac pro Électricité, dans un lycée professionnel de Carcassonne. « Grâce au Samie, j’ai été scolarisé et j’apprends le métier que j’aimerais faire : électricien dans l’industrie. Depuis mon arrivée, partout où je suis passé, les professeurs et les éducateurs ont toujours été là pour m’aider. Moi je voulais faire un CAP, mais ma prof principale a insisté pour me présenter à la prépa. Mon objectif est maintenant de terminer mon Bac pro, mais mes profs m’encouragent à aller jusqu’au BTS ! » Mamadou n’est pas un cas isolé et Caroline Spoli peut être fière de « ses » jeunes partis en Bac pro techniques d’usinage, BTS alternance en maintenance industrielle, apprentis boulangerie-pâtisserie-restauration, etc. « Un de nos jeunes a même eu le titre de meilleur apprenti en Mécanique agricole », commente-t-elle. Il est actuellement en Allemagne, dans le cadre d’un échange européen avec le centre de formation qui l’accueille. Et d’ajouter : « Notre objectif est professionnel, avec au bout du parcours, pour ces jeunes, un contrat d’apprentissage. »

Participer à la vie associative locale
« Notre volonté est d’accompagner, pas seulement d’héberger », précise Caroline Spoli. Cet accompagnement se fait à 360° avec un encadrement spécifique à chacun et sur tous les pans de l’éducation : santé, hygiène, prévention, mobilité, etc. Au Samie, chaque jeune construit son projet avec l’aide de son éducateur référent. Certains ont besoin de travailler la maîtrise de la langue, d’autres l’autonomie… Ils sont alors encouragés à se tourner vers l’extérieur, à aller au contact des autres. Ils sont régulièrement mis en relation avec des structures externes, notamment l’Ufolep, la fédération sportive de la Ligue de l’enseignement.

« Si l’un d’entre eux est isolé par exemple, et a tendance à rester dans sa chambre, nous allons le pousser vers les sports collectifs », explique Caroline Spoli. « Si l’on sent par contre qu’il est autonome, on peut tout à fait l’autoriser à s’inscrire dans une salle de musculation. Cela dépend vraiment du niveau d’intégration et des objectifs de chacun », ajoute-t-elle. Sinon, ils pratiquent le football, le karaté, le rugby, le paddle… et participent à des défis sportifs. Le GRAPH’, association affiliée à la Ligue de l’enseignement de l’Aude, leur propose également, chaque été, un stage de trois semaines autour de la vidéo et du numérique. Stage au cours duquel, ils travaillent sur le patrimoine culturel de la ville de Carcassonne. Mais c’est aussi en interne que la dynamique collective est encouragée : ateliers cuisine, grandes séances de nettoyage en compagnie des personnels d’entretien, ou encore rafraîchissement de la peinture… la vie au Samie permet à chacun d’apprendre à travailler, certes, mais avant tout à vivre ensemble.

www.ligue11.org