• home
  • À la Une
  • Mon service civique a conforté mon choix professionnel : devenir éducatrice spécialisée

Mon service civique a conforté mon choix professionnel : devenir éducatrice spécialisée

Lilou Larzillière

Volontaire dans un Institut médico-éducatif de l’association Ensemble – appartenant au réseau de la Ligue de l’enseignement des Ardennes -, Lilou Larzillière, 19 ans, a choisi de se consacrer aux jeunes en situation de handicap, avec l’objectif de devenir éducatrice spécialisée.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Je viens de Charleville-Mézières, dans les Ardennes. Après avoir obtenu un bac Sciences et technologies du management et de la gestion (STMG) en 2019, j’ai eu envie de réaliser un service civique au sein d’une association. La danse, la méditation, les activités manuelles ou les reportages sur le handicap font partie de mes centres d’intérêt.

Qu’est-ce qui vous a motivée à vous engager dans une mission de service civique ?
Ma mère m’en avait parlé par hasard lors d’une conversation. Le soir même, j’étais inscrite sur la plateforme du service civique et je postulais pour une mission. J’ai été attirée par l’enrichissement personnel d’abord, puis l’expérience professionnelle que cela pouvait m’apporter, en me confortant dans l’idée que le métier d’éducateur spécialisé était fait pour moi.

En quoi a consisté votre mission?
Je l’ai réalisée à l’Institut médico-éducatif de Boutancourt, en septembre 2019, pour une durée de huit mois. Elle s’intitulait « Valoriser l’éveil par le jeu ». Je réalisais ma mission à l’internat, du lundi au vendredi, de 16h15 à 21h30. Elle consistait à aider à l’accompagnement de seize jeunes en situation de handicap avec une équipe d’éducateurs spécialisés. Cela passait par les sorties, les activités sportives et de loisir, le soutien scolaire et les histoires du soir. J’étais là aussi en appui pour les écouter, les aider pour les petits problèmes auxquels ils pouvaient être confrontés et dont ils avaient envie de parler.

Que représente votre volontariat pour vous ?
C’est une énorme porte derrière laquelle se cachent plein d’opportunités. Cela a donné un vrai élan à ma vie professionnelle. Désormais, je suis certaine de ce que je veux faire plus tard : éducatrice spécialisée. Il ne me manque plus que le diplôme… J’ai vraiment hâte !

Vous a-t-il offert des opportunités ?
Mon engagement en service civique m’a énormément apporté, tant au niveau des connaissances liées aux pathologies que sur le métier d’éducateur spécialisé et de ce que cela implique au quotidien. Car ce n’est pas toujours simple… Par ailleurs, un CDD m’a été proposé à l’issue de mon service civique, que j’ai terminé en juillet dernier.

Comment envisagez-vous la suite ?
Je souhaite poursuivre mes études en Belgique pour obtenir un diplôme d’État d’éducateur spécialisé (DEES). Les cours seraient dispensés le week-end, ce qui me permettrait de travailler en semaine dans un établissement accueillant des personnes en situation de handicap.

Souhaitez-vous poursuivre votre engagement associatif ?
J’y réfléchis, des projets sont en cours. Ma mère compte ouvrir une boutique et je pense me lancer dans la création d’attrape-rêves dont les bénéfices de vente reviendraient à une association.

Que vous a apporté la Ligue de l’enseignement durant votre mission ?
C’est en faisant mon service civique que j’ai connu la Ligue de l’enseignement. Elle m’a permis de participer à deux jours de formation citoyenne où l’on a traité, avec d’autres volontaires, de sujets à la fois intéressants et tabous comme celui des inégalités femmes/hommes. C’était enrichissant de pouvoir partager nos opinions. J’ai également pu repasser mon PSC1, la formation aux premiers secours, car le mien n’était plus valide ! Je remercie la Ligue d’offrir ce genre d’opportunités.