• home
  • Non classe
  • « Pour construire un monde en paix, il faut comprendre les autres et s’ouvrir à la pluralité »

« Pour construire un monde en paix, il faut comprendre les autres et s’ouvrir à la pluralité »

Témoignage Journées Erasmus+ 2021

Judith Cartier, animatrice mobilité à la Ligue de l’enseignement de l’Indre, nous présente les actions et projets de mobilité que mène la fédération avec ses partenaires. 

  • Quel(s) dispositif(s) de mobilité ta fédération met-elle en place (E+, CES, VFA, SCI, JSI/VVSI…) ?

La fédération 36 met en place des échanges de jeunes avec Erasmus+ et gère l’envoi et l’accueil de jeunes dans le cadre du Corps européen de solidarité (5 volontaires arriveront la première semaine de novembre!). Elle est aussi en train de mettre en place un nouveau projet JSI (jeunesse & solidarité internationale) pour monter un chantier international au Maroc l’été prochain.

  • Quelle est la plus-value de ces mobilités, pour ta fédération et pour ton territoire ?

Pour mon territoire : l’ouverture au monde ! Notre département est très rural et les jeunes n’ont que peu de possibilités de voyager et de faire l’expérience d’autres cultures. Une partie des jeunes ont ainsi des préjugés sur les étrangers. Ils sont très influencés par les médias majoritaires et parfois par leur milieu familial, ce qui peut produire des discours racistes, par manque de connaissance et l’absence d’expérience interculturelle. Ainsi, en rencontrant des jeunes de leur âge qui ont les mêmes préoccupations, les discours et le regard peuvent changer.

Pour la fédération, c’est aussi un outil d’entrée dans les établissements scolaires. Cette année et pour la première fois au niveau national, ma fédération va accueillir des jeunes du CES qu’elle va mettre à disposition d’écoles rurales grâce au soutien de la Direction des services départementaux de l’Éducation nationale qui est accréditée pour l’accueil de volontaires.

  • Pourquoi, selon toi, faut-il accompagner des jeunes à s’engager dans ces dispositifs ?

Si nous voulons construire un monde en paix, il faut être en capacité de comprendre les autres et de s’ouvrir à la pluralité. L’enjeu est clairement de contrer les discours xénophobes actuels. Nos pays se sont aussi développés grâce à la construction européenne, aux flux de personnes et à l’interculturalité. Il faut travailler avec les jeunes pour qu’ils comprennent leur histoire et qu’ils écrivent la suite ensemble.

o   En trois mots, l’interculturalité, c’est … L’ouverture. Complexe. L’égalité.