Reconnecter les citoyens avec la nature

mveb

« Mon village, espace de biodiversité » est un programme de culture scientifique impliquant les citoyens et porté par le CNRS (Centre national de recherche scientifique). Son objectif : reconnecter les citoyens avec la nature, autour de la gestion d’un bien commun : la biodiversité. Dans plusieurs départements, ce programme est animé en partenariat avec la Ligue de l’enseignement.

Créé en 2012 dans le département des Deux-Sèvres, ce dispositif est unique en France. Les scientifiques du CNRS partent du principe que pour atteindre des objectifs de gestion environnementale, sur un territoire, il faut y associer les citoyens. Sylvie Houte, ingénieure d’études au CNRS et à l’origine du projet, encourage chaque commune de France à devenir « espace de biodiversité », en associant tous les acteurs concernés, à commencer par les associations locales (culture, sport, nature…), les collectivités locales et les entreprises. « Ainsi, nous pourrons tous contribuer à faire émerger des solutions durables pour la conservation de la nature. »

Concrètement, les citoyens conduisent des observations selon des critères et une méthodologie scientifique. Il s’agit de relever des données, de participer à des groupes de réflexion et des animations. Au-delà de l’aspect scientifique, cette démarche favorise aussi la « reconnexion » des observateurs avec la nature.

600 hôtels à insectes
Dans le département de la Loire, la Ligue de l’enseignement anime le programme dans plusieurs communes. Pour Pierre-Alain Larue, de la Ligue de l’enseignement 42, « il est nécessaire de redonner de la vie aux villages et à notre campagne ».

Diverses actions vont bientôt être mises en place : animations dans des écoles, création d’un rucher communal, organisation d’animations grand public où seront distribués gratuitement des hôtels à insectes.
Pour la fabrication de ces hôtels, la Ligue de l’enseignement de la Loire s’est associée au lycée professionnel Étienne-Legrand situé à Le Coteau. Les élèves techniciens bois ont ainsi fabriqué 600 hôtels à insectes. « Nous travaillons régulièrement avec les collectivités pour du matériel urbain. Ce projet est une première et qui permet de valoriser notre filière bois », souligne Julien Buisson, directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques.

Pour en savoir plus sur le programme