• home
  • Actualité
  • Service national universel : définition des contours opérationnels d’ici avril

Service national universel : définition des contours opérationnels d’ici avril

La volonté du chef de l’Etat de mettre en place un Service national universel a été confirmée au cours du mois de janvier mais ses contours restent à définir. Le Comité d’Orientation des politiques jeunesse (COJ), dont la Ligue assure la Vice-présidence de la commission Éducation populaire, a rendu un avis sur le sujet. Un groupe de travail piloté par l’État rendra ses conclusions en avril.

Les intentions affichées

Le 30 janvier dernier, lors de ses vœux aux bureaux des assemblées, aux corps constitués, aux forces vives et aux héros de l’année 2017, le président de la République a réaffirmé son intention de mettre en place un service national pour les jeunes Français.  Pour Emmanuel Macron, qui ne parle plus de « Service national obligatoire » mais de « Service national universel », l’objectif est d’ « offrir à la jeunesse de France des causes à défendre, des combats à mener dans le domaine social, environnemental, culturel ». Deux ministères sont concernés : l’Éducation nationale et les Armées.

Les rapports et avis

Le rapport commandité par le Premier ministre en septembre à cinq inspections générales (administration, armées, finances, éducation, jeunesse et sports) n’a pas encore été publié  et ne sera sans doute pas rendu public. Il mettrait l’accent sur les « contraintes », la « complexité » et le « coût » d’un nouveau service national obligatoire. Le rapport estime le coût annuel entre 2,4 et 3,1 milliards d’euros, sans compter un investissement initial de 3,2 à 5,4 milliards d’euros dans les centres d’hébergement si l’option de l’hébergement des jeunes était retenue.

Le Comité d’Orientation des Politiques Jeunesse (COJ) dont Hélène Grimbelle, Secrétaire générale adjointe de la Ligue de l’enseignement, assure la Vice-présidence de la commission Education populaire, a rendu au Premier ministre le 30 janvier un avis sur le même sujet. Il analyse les objectifs du Service national universel (mixité sociale, insertion professionnelle, engagement et esprit de défense) et propose quatre scenarii :

  1. Une journée défense et citoyenneté sous sa forme actuelle ou « élargie à plusieurs jours » assortie d’un volet facultatif d’engagement de bénévolat ou de service civique ;
  2. Deux premières semaines communes à tous les jeunes, suivies de deux autres semaines adaptées au profil et aux envies de chaque jeune (dispositif d’engagement général ou dispositif d’insertion de la Défense…) ;
  3. Quatre semaines permettant d’aborder les thématiques d’engagement et de citoyenneté, d’insertion, mais aussi de défense ;
  4. Un pur « service national militaire » d’un mois centré sur la défense et l’apprentissage militaire.

Le COJ insiste par ailleurs sur la nécessité que le futur SNU démontre de façon claire sa « valeur ajoutée » pour les jeunes en étant « créateur de droits et de compétences » reconnus.

Propositions inter associatives

Un groupe de travail interministériel chargé de définir les contours du dispositif et piloté directement par l’Élysée débutera ses travaux dans les jours qui viennent. Il devra aboutir à des propositions opérationnelles pour une première expérimentation début 2019.

Les options définitives n’étant pas arrêtées et le scenario étant encore très ouvert, La Ligue contribuera à l’élaboration de propositions inter associatives sur les deux volets principaux du projet :

  • L’aspect organisationnel

Quelles modalités d’hébergement ? De logement ? Ex: mobilisation des internats, des centres de vacances, camps nature sous tentes,…

  • Le contenu

Comment faire pour que cette période ne se résume pas à un temps d’enseignement moral et civique ? Quels contenus pour donner à tous les jeunes confiance, capacité, envie d’agir et d’exprimer leurs talents  ?  Comment inscrire ce Service national universel dans un processus de long terme ?

Exemples de contenus :  accompagnement à la prise de conscience, à la formalisation et à la valorisation de ses compétences via des diagnostics individualisés, renforcement des compétences sociales (soft skills), formation à la prise de parole en public, aide à l’orientation, tests de personnalité, modalités d’accompagnement et de tutorat des jeunes (ex : parrainage républicain)…


Pour aller plus loin

Revoir le débat de l’émission « On va plus loin » sur Public Sénat à laquelle a participé Le Mouvement associatif

Icon of Avis du COJ sur le Service national obligatoire rendu Le 30 Janvier 2018

Avis du COJ sur le Service national obligatoire rendu Le 30 Janvier 2018

(0.4 MiB)